• Vera de J. P. Orban

     

     

     

    présentation :

    Au retour de Rome, quand j’ai aperçu la silhouette d’Augusto dans l’immense hall de la gare Victoria où il était venu m’accueillir, j’ai eu honte. Le train nous avait ramenés. Je ne peux le dire qu’ainsi. Au sens propre. Ce n’était plus nous qui nous emportions. Qui nous lancions vers l’avant comme à l’aller, les cheveux au vent, penchés par la fenêtre, la poussière me battant le visage, venue, on aurait dit, du sol de l’Éden. Le train nous ramenait. Tels des corps que l’on détachait de la terre offerte. On nous reconduisait dans le pays où nous vivions. Mais c’était quoi la vie ? Et c’était où ? Londres, 1930 : Vera vit à Little Italy avec ses parents, Ada et Augusto, immigrés italiens. Rapidement la jeune fille se laisse enrôler dans une organisation à la gloire de Mussolini. Elle croit naïvement que l’idéologie fasciste lui forgera une identité. Mais l’arrivée de la guerre chamboule ses espérances. Écartelée entre sa langue maternelle et celle de son pays d’adoption, Vera se laissera emporter par d’autres dérives. Puis elle croira enfin venu le temps de construire le récit de sa vie et de l’Histoire. De trouver sa vérité, elle dont le prénom signifie «vraie», et de la transmettre… Peuplé de personnages décrits à l’encre noire, ce roman bouleversant nous parle d’identité et de racines. Et de l'espoir, parfois déçu, de les dépasser.

    mon avis :

    Bonjour,une critique difficile pour moi car je n'aime pas dire du mal d'un roman .Je suis certaine que l'auteur y a mis beaucoup de lui-même ,mais malheureusement je n'ai pas du tout accroché a l'histoire.

    Nous suivons Vera,qui nous raconte sa vie de sa jeunesse pendant la seconde guerre mondiale et son amour pour sa mère et son fils.

    Certains passages m'ont plu mais je ne trouve pas l'ensemble cohérent,l'auteur a voulu mettre trop de choses dans son récit. Selon moi ,il aurait du se concentrer sur la période de la guerre ,l'ambivalence des sentiments de cette adolescente qui est attirée par le fascisme. Mais il a voulu que cette femme nous raconte son histoire en « améliorant » son récit , il nous raconte l'histoire de son point de vue comme si c'était elle qui nous contait sa vie,avec des incohérences ,des retours en arrière et en enjolivant certaines choses et oubliant certains détails.

    Selon moi ,l'histoire de son fils n'est pas suffisamment creusée,on ne fait que l'effleurer.

    Mais pour en venir aux points forts de ce roman,j'y ai appris certaines choses sur la seconde guerre mondiale,le point de vue d'une immigrée italienne en Angleterre est original selon moi. Et l'on se pose quelques questions ,comme a partie de quand est-on intégrer à une nation ? Une génération ,deux... ? Doit-on renier ses racines ?

     

    Bref, même si ce livre ne m'a pas convaincue ,j'espère qu'il trouvera son public,et pouvoir lire un autre livre de cet auteur prometteur.

    note : 11 / 20

     

    cette lecture fait partie des explorateurs de la rentrée 2014 avec le site lecteurs.com

    http://www.lecteurs.com/livre/vera/2672721

     

    challengerl2014

    Et une lecture pour le Challenge 1% Rentrée littéraire

    chez Hérisson !

    « Bureau des spéculations de Jenny Offill »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 18:48

    Rien que la couverture me tente pas et ce que tu en dis me freine aussi .

    2
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 11:52

    Je n'aurais de tout façon pas craquer pour le résumé, dommage que tu n'ais pas aimé :)

    3
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 14:53

    Je ne connaissais pas du tout mais il ne me tente pas non plus :( C'est vraiment dommage :(

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :