• parution du jour

    Parution du jour

    Si comme moi vous avez du mal à vous y retrouver parmi toutes ces maisons d'éditions et que vous ne vous souvenez pas des dates de parution voici mon nouveau rendez-vous dans lequel je vous parle des parution du jour qui me font envie, si vous avez d'autres titres de livre à me conseiller, n'hésitez pas ça me fera plaisir :)

     

    Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

    Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

    Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

    Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

    Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

     

    « Et Satan créa l’enfer. Enfin, surtout pour les autres. »

    Infernal. Démoniaque. Salaud. Des adjectifs qui collent à la peau d’Adrian Sheffield, pianiste virtuose et terreur du monde de la musique classique. Il fallait s’y attendre : à force de semer la haine, Adrian reçoit un jour une menace de mort. Son agent – la seule personne sur Terre à encore le supporter – décide de lui attribuer un garde du corps. Ou plutôt une garde du corps : Carrie North.

    Mais il ignore que Carrie a déjà rencontré Adrian, et qu’il ne lui a pas fait bonne impression. Du tout. Les voilà de nouveau réunis. Adrian, toujours aussi séduisant et imbuvable, et Carrie, toujours aussi têtue. Sauront-ils surmonter leurs rancœurs et céderont-ils enfin à leur attirance mutuelle ? Mais surtout, qui veut la peau d’Adrian Sheffield ?

     

     

    Parfois, il faut choisir l’imperfection pour être Parfait.

    Dans le monde de Celestine North, chaque citoyen doit être Parfait. Quiconque commet la moindre erreur se voit marqué du sceau de l’Imperfection.

    Pour qui a pris une mauvaise décision : c’est sur la tempe.

    Pour qui a menti : la langue.

    Pour qui a commis un vol : la paume de la main droite.

    Pour qui s’est montré déloyal : le cœur.

    Pour qui s’est écarté du droit chemin : la plante du pied droit.

    Celestine mène une vie parfaite au sein d’une famille parfaite et au bras du petit ami parfait. Elle pense incarner l’idéal de la société.

    Et si Celestine s’était trompée ? Si c’était le système lui-même qui était Imparfait ?

     

    Pour la première fois de sa vie, Ginny Moon a trouvé sa Maison-pour-Toujours – un foyer avec une famille aimante qui saura la protéger et l’entourer. Le foyer dont n’importe quel enfant adopté pourrait rêver. Alors pourquoi cette adolescente de 14 ans cherche-t-elle à tout prix à se faire kidnapper par sa mère biologique, incapable de s’occuper d’elle ? Pourquoi Ginny veut-elle absolument retourner dans cet appartement où elle a failli mourir ?

    C’est une adolescente comme les autres – elle joue de la flûte, s’entraîne pour le tournoi de basket de l’école et étudie les poèmes de Robert Frost –, à un détail près : elle est autiste. Et certaines choses sont très importantes pour elle : commencer sa journée avec précisément neuf grains de raisin, chanter sur Michael Jackson (son idole), manger de la pizza au bacon et à l’ananas et, surtout, retrouver sa mère biologique pour pouvoir s’occuper de sa Poupée, qui court un grand danger.

    Avec les moyens limités et pourtant redoutables d’une enfant enfermée dans son monde intérieur, Ginny va tout mettre en œuvre pour la sauver.

    Benjamin Ludwig, lui-même parent adoptif d’une adolescente autiste, nous offre avec Ginny Moon un premier roman d’apprentissage émouvant, tendre et drôle, une plongée dans l’univers mental d’une enfant prisonnière des limites du langage, mais bien déterminée à parvenir à ses fins. On rit, et on retient son souffle jusqu’à la fin. Une petite merveille.

     

    "Lorsque tu liras cette lettre, je serai morte. Je ne peux pas continuer comme ça." Quand Monica trouve ce courrier, elle n’en croit pas ses yeux : c’est une lettre de suicide, écrite de sa main et adressée à son mari, il y a des années. Elle ne se rappelle absolument pas l’avoir rédigée. Mais peut-être est-ce normal, car une chute dans l’escalier, cinq ans plus tôt, a effacé des pans entiers de sa mémoire. Depuis, sa vie est une descente aux enfers, pas un jour sans que Monica souffre de douleurs l’empêchant de mener une existence normale. Mais cette lettre fait ressurgir des bribes de souvenirs : qu’est-il vraiment arrivé il y a cinq ans ? A-t-elle effectivement senti cette main dans son dos avant de tomber dans l’escalier ? Et pourquoi ses proches veulent-ils tellement la persuader que ses doutes sont imaginaires ?

     

     

    « Et de 1000 !!!Melena Sanders, tome 1 : Hantée par les ténèbres de Susan Illene »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :