• La citation du jour

    Bonjour , pour ne pas vous laisser seul sans nouvelles pendant plusieurs jours, j'ai pensé chaque jour vous donner une citation du livre que je suis en train de lire. Et reprendre ce rendez-vous qui vous permet de découvrir ma lecture petit à petit.

    Voici ma citation du jour :

    " — Fern, dit sa tante doucement. J’étais en train d’expliquer à Bailey que c’est la vérité. Il va mourir.

    La petite fille se remit immédiatement à pleurer et Rachel l’attira contre elle. Fern sentait le cœur de sa mère battre contre sa joue. Cependant, sa tante avait toujours une expression sereine et elle ne pleurait pas. Elle semblait être parvenue à une conclusion que Fern n’accepterait pas avant plusieurs années. Bailey mit les bras autour du cou de sa mère et se mit à gémir.

    Angie lui caressa le dos et déposa un baiser sur le sommet de son crâne.

    — Bailey, mon fils, tu veux bien m’écouter un instant ?

    Le petit garçon leva un visage baigné de larmes et fixa sa mère. Puis il lança un regard noir à Fern, comme si elle était la cause de tout.

    — Tu vas mourir, mais moi aussi, et pareil pour Fern. Est-ce que tu savais ça, Bailey ? Ta tante Rachel aussi va mourir.

    Angie lança un sourire contrit à Rachel, comme pour s’excuser de l’inclure dans sa sinistre prédiction.

    Les enfants se regardèrent horrifiés. Ils étaient tellement choqués qu’ils en oublièrent de pleurer.

    — Tout ce qui vit finit par mourir, Bailey. Certains individus vivent plus longtemps que d’autres. Nous savons qu’à cause de ta maladie tu vivras certainement moins longtemps que d’autres. Mais nul ne sait combien de temps durera sa vie.

    Bailey leva les yeux vers elle. Il n’avait plus l’air aussi choqué ni désespéré qu’avant.

    — Comme Papi ?

    Angie acquiesça et l’embrassa sur le front.

    — Oui. Papi n’était pas myopathe mais il a eu un accident de voiture. Il nous a quittés plus tôt que ce qu’on aurait aimé, c’est la vie. On ne peut pas choisir l’heure de sa mort. Personne ne le peut.

    Angie regarda son fils bien en face et répéta fermement :

    — Tu comprends Bailey ? Personne ne choisit.

    — Alors peut-être que Fern mourra avant moi ? demanda-t-il.

    Il y avait de l’espoir dans sa voix.

    Fern sentit la poitrine de sa mère se soulever de rire contenu. Elle l’observa, sidérée. Rachel Taylor souriait en se mordant la lèvre. La petite fille comprit soudain ce que faisait sa tante."

    Nos faces cachées d'Amy Harmon

     

     

    Voilà, à votre tour, quel est votre lecture du moment? Ou tout simplement une citation que vous aimez :) 

    « Top Ten Tuesdaydoggybox jurassic dog d'avril 2015 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :