• Camille, mon envolée de Sophie Daull

    Camille, mon envolée

    Présentation :

    Dans les semaines qui ont suivi la mort de sa fille Camille, 16 ans, emportée une veille de Noël après quatre jours d’une fièvre sidérante, Sophie Daull a commencé à écrire. 

    Écrire pour ne pas oublier Camille, son regard "franc, droit, lumineux", les moments de complicité, les engueulades, les fous rires; l’après, le vide, l’organisation des adieux, les ados qu’il faut consoler, les autres dont les gestes apaisent… Écrire pour rester debout, pour vivre quelques heures chaque jour en compagnie de l’enfant disparue, pour endiguer le raz de marée des pensées menaçantes.

    Loin d’être l’épanchement d’une mère endeuillée ou un mausolée – puisque l’humour n’y perd pas ses droits –, ce texte est le roman d’une résistance à l’insupportable, où l’agencement des mots tient lieu de programme de survie: "la fabrication d’un belvédère d’où Camille et moi pouvons encore, radieuses, contempler le monde".

     

    "Dans les jours d’après, nous distribuerons tes soixante-dix-sept peluches, une par une ou deux par deux, à des fossés dans les campagnes, à des clairières, à des rochers. C’est joli, ces ours, ces lapins, ces petits chats abandonnés sur les tapis de mousse, prenant la pluie sous les marguerites."

     

    Mon avis :

    Emouvant  et élégant !

    Camille, la fille de l'auteure est morte suite à 4 jours de fièvre inexpliquée. Sa mère pour lui rendre hommage décide de prendre sa plume et d'écrire les derniers jours de Camille et les suivants, ceux de l'après, jusqu'à son enterrement.

    Une façon d'exorciser et de parler à sa fille de raconter la peine, l'épreuve, l'admiration du courage de Camille qui ne s'est pas plainte pendant ces longues heures de douleur en cette période de Noël...

    J'ai aimé cette façon de raconter tout en pudeur mais sans vouloir rien cacher. Sans ressenti, d'autres aurait été plus vindicatif devant ce corps médical incompétent ... C'est un bel hommage rendu à sa fille que l'on a l'impression de connaître un petit en refermant ce livre et d'avoir perdu également. 

    J'admire surtout cet amour d'une mère, profond, qui a réussi a passer outre sa peine incommensurable pour nous livrer ce livre fabuleux. Un petit concentré de sentiments que je vous recommande.

     

    Ma note : 20/20

    • Broché: 192 pages
    • Editeur : Le Livre de Poche (24 août 2016)
    • Collection : Littérature & Documents
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2253068748
    • ISBN-13: 978-2253068747

     

    J'ai découvert ce livre grâce à la masse critique Babelio, merci à eux ainsi qu'çà l'éditeur.

    Camille, mon envolée de Sophie Daull

    « la vie inachevée d'Addison stone d'Adele GriffinMy Little Goodnight Box »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :